Sur un livre Breton

Tel que ces fines cassolettes 
Des bazars de Smyrne et d'Oran, 
Où court en minces bandelettes 
Une sourate du Coran :
 
Du sachet vidé sur la flamme 
Montent des parfums floconneux, 
Subtils et pervers comme l'âme 
Du vieux pays qui dort en eux.
 
Tel, en sa grisante fragrance, 
Votre livre, ami, m'a rendu 
Groix, Trégastel, la molle Rance 
Et les joncs roses du Pouldu.
 
La mer s'éveille au long des cales. 
Voici Saint-Pol, Vannes, Tréguier, 
Les pâles villes monacales ; 
Roscoff assis sous son figuier ;
 
Et Morlaix, la vive artisane ; 
Guingamp, qui, fidèle à son duc, 
Montre maint coup de pertuisane 
Aux trous de son manteau caduc ;
 
Penmarc'h, désolé par Brumaire ; 
Auray la sainte ; Erg au flot blanc, 
Et Lannion, qui fut ma mère 
Et que mon cœur nomme en tremblant...
 
Ô genêts d'or de Lannostizes ! 
Les sources sanglotent. Là-bas, 
J'entends frémir sur les cytises 
Les abeilles du Bourg-de-Batz.
 
Et c'est ton âme triste et douce, 
Toute ton âme, ô mon pays, 
Qui pleure ainsi parmi la mousse 
Et chante ainsi dans les taillis.

Charles Le Goffic - - Le Bois dormant


Votes

+
-
- -

Commentaires